ouch!!!

quand l’indignation rends lyrique, à effet dévastateur:

En vingt ans, le lieu s’est ouvert sur la ville, sans toutefois entrer dans le moule, sans s’institutionnaliser, sans se professionnaliser (personne n’est payé) et sans participer à la disneylandisation des nuits lausannoises dont on parle tant à tort ou à raison, mais surtout à tort et à travers à notre si belle époque où le sécuritaire s’ajoute au propre en ordre pour un ennui durable éthiquement garanti.

 

Solidarity, a socialist, feminist, anti-racist organisation
Solidarity, a socialist, feminist, anti-racist organisation (rien à avoir avec l’espace auto-géré, mais ils se ressemblent pas mal, ça a l’air)

Après on explique un peu ce qu’on fait, concrètement :

L’espace autogéré c’est entre autres un lieu de réunion pour diverses associations et collectifs en plus d’un lieu de rencontre. C’est la publication du journal Rézô dans un premier temps puis de la feuille d’information T’Okup’. C’est des concerts et parfois du théâtre ou des expositions. L’espace autogéré c’est encore la mise en place de bouffes populaires hebdomadaires où l’on apprend à faire à manger pour plus de quatre personnes et qu’il est possible de manger autre chose que de la viande sans pour autant prendre la tête aux convives, l’apprentissage collectif de la tenue d’un bar, d’un infokiosk, du nettoyage, du rangement, du débouchage de tuyauterie, du fonctionnement d’une sono, des light, de l’électricité ou du chauffage, de l’entretien du toit ou d’un jardin potager et de l’apprentissage sur le tas de tant d’autres choses encore. C’est la création d’un atelier de sérigraphie permettant la diffusion d’idées par la production d’affiches, de tracts, de brochures et de T-shirts. C’est un lieu susceptible d’apporter, selon les périodes et les mouvements, son soutien à diverses luttes anti-capitalistes comme la participation au mouvement contre le World economic forum (WEF) de Davos, féministes, de sans papiers, sur le logement, anti-OGM, anti-carcérales et anti-répression, locales ou internationales. C’est un soutien à la maison de Paille en 2007. Des actions ou des débats sont également menés en solidarité avec les peuples en lutte au Chiapas et plus généralement en Amérique latine, en Palestine, en Afrique, en Asie ou en Europe.

La manière dont les activités sont menées est au moins aussi importante que les activités elles-mêmes. Cela demande de se questionner toujours sur le pourquoi et le comment on fait les choses et d’être également conscient⋅e des limites que nous impose trop souvent le monde dans lequel nous vivons. La déconstruction des rôles assignés aux hommes et aux femmes fait également partie des pratiques et des questionnements permanents de l’espace autogéré même si une piqûre féministe de rappel est parfois nécessaire.

Vingt ans d’espace auto-géré

Ça a l’air beau, non?

Advertisements

2 thoughts on “ouch!!!

    1. non, vu qu’à l’époque j’étais encore à Lahore au Pakistan!
      je vais demander la prochaine fois que j’y passe…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s